Aphaenogaster subterranea

Aphaenogaster subterranea

N/A

24,90 TTC

Effacer
- +
Ajouter à votre liste de souhaitComparer

Aphaenogaster subterranea est une fourmi de taille moyenne remontant jusqu’au bassin parisien. Comme son nom l’indique, elle vit sous terre (souvent sous les pierres) et sort assez peu. Malgré tout, elle est assez agressive et possède un comportement très intéressant pour l’observation, que ce soit dans la nature ou en élevage.
Cette espèce forme des colonies faiblement à moyennement populeuses, de 500 à 5000 ouvrières; affectionne les zones ombragées et possède une seule reine par colonie.

UGS : ND Catégories : ,

Une fois les première ouvrières nées, il convient de relier le tube à une aire de chasse afin que la colonie puisse se nourrir. Pour une colonie de moins de 30 ouvrières, une ou deux mouches par semaine suffira. Ne pas oublier non plus une source de glucides (sucres) afin de nourrir les ouvrières : pour cela, il est conseillé de leur donner quelques gouttes de lait-fraise (ou n’importe quoi de liquide et sucré) sur du papier d’aluminium toutes les semaines. Il est aussi conseillé de ne pas trop les chauffer, même si elles peuvent supporter des températures jusqu’à 26°C. 24°C est optimal pour le développement du couvain.

Le nid :
Cette espèce ne creuse pas le béton cellulaire, vous pouvez donc installer la colonie dans un nid de ce type à partir de 50 ouvrières. Le pourcentage de surface humide peut être variable, avec une limite basse de 15 % à ne pas dépasser, 25 % me semble tout à fait adapté (mais discussion dans le reste du sujet, des éleveurs indiquaient qu’elles préféraient une très grande hygrométrie de 80-90 %). Le mieux étant de leur proposer un gradient d’humidification de 0 à 100 %, elles s’installeront là où bon leur semble. Avant de les installer, assurez-vous que la profondeur des galeries soit de 6 mm minimum; au delà de 9 mm, elles compenseront avec des déchets (discuté également par un éleveur).

La nourriture :
Aphaenogaster subterranea est omnivore, vous pouvez sans problème lui donner des insectes divers (mouches, perce-oreilles, araignées, etc.) mortes ou vivantes (attendez quand même la cinquantaine d’ouvrières pour qu’une proie vivante ait du succès). Pour plus de sécurité, vous pouvez passer les insectes 24 h au congélateur pour éliminer toute souche d’acariens. Vous pouvez également la nourrir avec des protéines moins naturelles comme le thon en boîte (attention au sel). Cette espèce nécessite également un apport en glucides, pour cela, quelques gouttes de lait-fraise (comme dit plus haut) ou de jus d’orange (bio ou fait maison) seront tout à fait adapté. Notez bien que cette espèce ne pratique pas la trophallaxie, il faut donc fournir à la colonie un peu de sable ou de substrat quelconque pour que les ouvrières fourrageuses puissent ramener des liquides sucrés au nid.

Hivernage :
Selon Kipyatkov, le genre Aphaenogaster est de type endogène-hétérodynamique, ce qui signifie que l’hivernage chez cette espèce – de répartition tempérée à méditerranéenne – est obligatoire. Ce dernier se réalise en hiver et peut durer de 2 à 4 mois. Comme toutes le espèces endogènes-hétérodynamiques, il est nécessaire de procéder par « phases » : par exemple, pendant le premier mois, déclenchez la « post-diapause » en diminuant la température pour qu’elles soit comprise entre 15 et 17°C, n’oubliez pas de beaucoup les nourrir pendant cette période ! Effectuez ensuite l’hivernage « normal » entre 5 et 12°C pendant 2 mois environ. Je vous conseille de les maintenir à une température comprise entre 15 et 17°C à la sortie de l’hivernage avant de les chauffer afin d’éviter un choc thermique.

Choix

Gyne avec 1 et 5 ouvrières + couvain

Entrez votre recherche ici

Votre panier

Votre panier est vide.

10% de remise immédiate pour 30€ d'achat
dans votre panier !